DIGTASOFT VOICE MEDICAL, UNE TECHNOLOGIE ÉPROUVÉE POUR FLUIDIFIER LA PRODUCTION DOCUMENTAIRE

L’Hôpital Privé Gériatrique les Sources accueille des patients de 60 ans et plus, auxquels il offre une filière complète d’hospitalisation et une permanence des soins 24 h/24. Cet ESPIC niçois totalisant 229 lits et place a récemment optimisé ses processus de production documentaire en partenariat avec Grundig Business Systems, à travers la mise en oeuvre de la solution de dictée numérique et de reconnaissance vocale DigtaSoft Voice Medical. Les explications de Cyril de Balandras, Directeur des Systèmes d’Information de l’HPGS.

PAR TANIA BOCCARI, Hospitalia

Dans quel contexte la collaboration avec Grundig Business Systems a-t-elle vu le jour ?
Cyril de Balandras :
Nos besoins étaient multiples. Nous cherchions, d’une part, à soutenir la continuité des soins en simplifiant la formalisation des comptes-rendus médicaux et en accélérant leur mise à disposition auprès des professionnels concernés. Nous souhaitions, d’autre part, améliorer la performance des secrétariats médicaux en termes de production documentaire. Il nous fallait, enfin, déployer une solution aisément utilisable par les médecins, y compris en mobilité, pour renseigner le Dossier Patient Informatisé en temps réel. Le défi était ici de taille, puisqu’il fallait améliorer l’exhaustivité du DPI sans pour autant augmenter la charge de travail des praticiens ni réduire leur disponibilité auprès des patients. Autant de problématiques auxquelles DigtaSoft Voice Medical répondait parfaitement.

Vous avez retenu une organisation hybride. Pouvez-vous nous en parler ?
Nous avons en effet commencé par un POC, ou Proof of Concept, pour tester l’alimentation directe du DPI par reconnaissance vocale. L’expérimentation a été particulièrement probante, et DigtaSoft Voice Medical a été progressivement généralisé aux praticiens en médecine, SSR et USLD. Plus concrètement, chaque utilisateur est équipé d’un microphone filaire et d’un poste de travail mobile. Il lui suffit de positionner le curseur dans la balise adéquate au sein du DPI pour dicter ses observations au lit du malade ; le texte correspondant s’inscrit immédiatement à l’écran et peut être annoté en temps réel. Le gain de temps est considérable, tandis que la production documentaire gagne en fluidité. Une autre organisation, plus centralisée, a quant à elle été mise en oeuvre dans le service de réanimation, où les praticiens ont été équipés de dictaphones classiques. Leur dictée est automatiquement transmise au serveur centralisé DigtaSoft Voice Medical, qui la retranscrit par reconnaissance vocale. Le fichier sonore et le document associé sont ensuite envoyés au secrétariat médical, qui vérifie leur concordance et apporte les corrections nécessaires. Cette deuxième approche devrait être prochainement étendue au plateau technique et à l’hôpital de jour.

Quels sont à votre sens les principaux atouts de Digta- Soft Voice Medical ?
Cette solution dispose de multiples forces. Son excellent taux de reconnaissance facilite sensiblement l’adhésion des médecins, tout en augmentant leur temps de présence auprès des patients. Sa grande flexibilité autorise en outre un fonctionnement hybride, qui permet de tenir compte des spécificités organisationnelles des différents secteurs de soins. Digta- Soft Voice Medical est par ailleurs aisément intégrable au DPI, ce qui permet d’accroître rapidement l’efficacité et la consistance des dossiers patients, tout en simplifiant la formalisation des comptes-rendus. Cette solution contribue, enfin, à améliorer l’allocation des ressources au plus près des besoins de production documentaire, notamment dans le cadre d’une organisation centralisée. Il n’est donc guère étonnant que les équipes de l’HPGS l’aient adopté !

Hospitalia - N°39 - Décembre 2017